Haïti Chérie

Incendie du Cap. Source : Saint-Domingue ou Histoire de ses révolutions

Nous commémorons en France, chaque 10 mai, l’esclavage et son abolition. L’occasion pour nous de revenir sur un événement historique majeur, celui de l’accès à l’indépendance de Haïti en 1804, premier pays au monde issu d’une révolte d’anciens esclaves.  

Pendant des années, les Haïtiens ont combattu successivement les armées anglaise, française et espagnole pour gagner leur liberté. L’implication de toutes ces nations traduit tout lenjeu du conflit ; aucun Etat européen ne veut voir réussir l’initiative des esclaves haïtiens, car cela signifierait la fin de tout un système. 

Saint-Domingue, « perle des Antilles »

A la fin du 18ème siècle, Haïti, encore connue sous le nom de Saint-Domingue, est l’une des colonies françaises les plus prospères, grâce notamment à la production de sucre. Environ 50% de la consommation mondiale de lépoque provient alors de l’îleCe succès économique est évidemment en grande partie liée au recours massif à la main d’œuvre d’esclaves en provenance d’Afrique. Au moment de la révolte, il y aurait environ 500 000 esclaves à Saint-Domingue. La difficulté du travail ainsi que les conditions particulièrement inhumaines dont les esclaves sont victimes font quune grande partie succombe dans les trois années qui suivent leur arrivée sur l’île. 

Le mouvement de révolte aurait été initié le 14 août 1791, sous l’impulsion de Doutty Boukman un prêtre vaudou qui, au cours d une cérémonie rassemblant des esclaves, exhorte au soulèvement et à la rébellion contre le système esclavagiste. La nuit du 22 août 1791, un millier d’esclaves attaquent leurs maîtres, brûlent les champs de canne et les raffineries de sucre. En infériorité numérique, les esclavagistes assistent presque impuissants à ce soulèvement sans précédent. Au bout de quelques semaines néanmoins, le mouvement s’essouffle car il n’est pas suffisamment organisé. Les anciens esclaves, réfugiés dans les recoins de l’île, commencent à manquer de vivres et à s’affaiblir… 

Premières avancées…

 

 

 

C’est Toussaint Louverture, ancien esclave affranchi bénéficiant dun certain statut (il sait lire et écrire), qui prend la tête de la révolte et va l’organiser pour lui donner une nouvelle impulsion. Fin stratège, il accumule les victoires et fait avancer le peuple haïtien vers lémancipation. Il conclut un pacte avec les espagnolsqui occupent lautre partie de l’île, et qui fourniront des armes à la rébellion haïtienne dans le but daffaiblir la France. De leur côté, les propriétaires des plantations font appel à des colons anglais pour les aider à mater la rébellion.  

Toussaint Louverture, Estampe en couleur Anonyme, 19e siècle. Source: Paris, bibliothèque nationale de France. Rights: (C) RMN, Agence
En France, la révolution met en avant de nouveaux principes de liberté dégalité et de fraternité. Une délégation de Saint-Domingue envoyée à Paris par Sonthonax, un révolutionnaire chargé dapaiser les tensions dans la colonie, va obtenir l’abolition de l’esclavage, en vertu de ces principes défendus par les révolutionnaires. L’esclavage est aboli à Saint-Domingue mais également dans toutes les colonies françaises.

…et retour des tensions

En 1799, Napoleon devient premier consul en France, et adopte une Constitution qui ouvre la voie au rétablissement de l’esclavage. En réaction, Toussaint L’ouverture rédige une Constitution qui interdit définitivement cette pratique sur son île, et se désigne comme dirigeant à vie. Napoléon, qui craint de voir s’effondrer tout le système colonial français, envoie une flotte militaire à Saint-Domingue pour mater la rébellion en 1802. Au terme de plusieurs semaines de combat, Toussaint-Louverture se rend et est arrêté. Il finira ses jours dans une prison du Doubs en 1803. 

 Dans le même temps, en 1802, lesclavage est rétabli par Napoleon en Guadeloupe voisine. La nouvelle provoque une véritable explosion à Saint-Domingue. Les troupes danciens esclaves, désormais menées par Dessalines, un ancien esclave proche de Toussaint Louverture, reprennent les armes contre les français. Les villes sont incendiées pour forcer leur fuite.

Le 18 novembre 1803, la bataille de Vertières oppose les deux camps et se soldera par la victoire de Dessalines. Les troupes françaises quittent Saint-Domingue définitivement. Aujourd’hui, l’hymne national haïtien porte le nom de celui qui est considéré comme l’un des pères fondateurs de Haïti, La Dessalienne 

Début d’une nouvelle ère

La déclaration d’indépendance d’Haïti de janvier 1804 est la seconde de l’Histoire, après celles des Etats-Unis. 

Si la révolution haïtienne est peu évoquée dans les manuels d’Histoire, elle s’inscrit pourtant dans le même mouvement que les révolutions américaine ou françaiseet a une portée qui dépasse largement les frontières de l’île. Car au-delà de la victoire militaire, c’est une idéologie qui triomphe, qui affaisse la domination coloniale et la traite humaine pour ouvrir le droit à la liberté. Par leur soulèvement, les désormais anciens esclaves sont devenus maîtres, et deviennent à la fois source dinspiration pour les opprimés, et source de craintes pour les oppresseurs, qui voient le début de la fin d’un système qui les enrichit depuis des siècles