Richesses (3) – Biheri

Déc 26, 2017

Biheri, franco-comorienne

On continue explorer notre diversité à travers le beau témoignage de Biheri, jeune franco-comorienne née à Marseille

Quel est ton pays d’origine?

Ma famille est originaire des îles Comores.

 

As-tu grandi dans ton pays d’origine, et où habites-tu aujourd’hui?

Je suis venue habiter à Paris il y a 14 ans pour mes études et j’y suis restée pour le travail. Je suis née à Marseille et ma famille y vit depuis 3 générations. 

J’ai passé une partie de l’école primaire et du collège ainsi que nombreuses vacances scolaires au Comores.

A quelle fréquence y retournes-tu?

J’y retourne beaucoup moins souvent depuis que je travaille. J’en reviens tout juste et cela faisait 9 ans que je n’y avais pas mis les pieds malheureusement.

Décris en un mot ton pays d’origine, selon ta perception

Je dirais qu’il est acidulé dans le sens où tout ce qui s’y passe est rafraîchissant mais pique un peu quand même. Acidulé comme la mangue verte sur le point de mûrir, excellente avec du sel ou du poivre noir!

Décris en un mot ton pays de résidence, selon ta perception

Le mot qui décrirait le mieux la France pour moi c’est «désenchantement». Une histoire d’attentes et d’espoirs déçus.

Quels liens gardes-tu avec ton pays d’origine ?

Des liens très forts grâce à mes amis et les membres de ma famille qui y vivent. C’est difficile à décrire, une part de moi vit là bas et quand j’y retourne j’ai l’impression de me reconnecter avec cette partie de moi et d’être enfin pleine et entière.

Qu’est-ce qui te rend le plus fière dans ta culture d’origine, et pourquoi ?

Je suis très fière que mon pays fasse vivre au quotidien un héritage riche et complexe d’un point de vue spirituel et religieux mais aussi ethnique et culturel. Cela donne vie à des éléments de culture parfois paradoxaux. J’aime savoir que nous sommes un pays africain dont les coutumes, la gastronomie et l’imaginaire ont des racines bantus des influences asiatiques et arabes. Et j’apprécie tout particulièrement le système matrilinéaire qui y est pratiqué.

Qu’est-ce qui te rend le plus fière dans la culture française, et pourquoi ?

Je suis une littéraire et j’adore écrire. J’écris aussi bien en anglais qu’en français mais mes premiers amours littéraires et mes premiers écrits l’ont été en langue française. Mon identité s’est fondée sur un pan entier de cette culture française-là. C’est l’art et notamment la littérature française qui font que même aujourd’hui quand je rêve d’ailleurs,  je le rêve en français.